Nouveau gouvernement – Temps pour une nouvelle acte

Voilà, c’était difficile de déterminer un nouveau gouvernement suivant une élection indécise. Le tour est joué et nous avons un gouvernement minoritaire conservateur.

Il y a raison d’être optimiste, car M. Blaine Higgs a promis qu’il réviserait l’acte existant en ayant comme objectif d’assurer que celui-ci soit meilleure pour les contribuables et plus juste pour les propriétaires de lot boisés. En plus, les partis verts et people’s alliance ont promis des actions similaires.

Nous n’allons pas réinventer la roue. Regardons au Maine par exemple.

Finalement nous avons un gouvernement dévoué à faire des changements fondamentaux dans l’industrie forestière et avec l’appui des tiers partis, nous pouvons présenter notre vision de politique forestière progressive.

Pas seulement les propriétaires qui veulent des changements

Nous représentons les propriétaires de lots boisés privés, mais faisons partie d’un consortium qui inclus des organisations environnementales, de conservation, pêche et faune, biologistes et scientifiques. En 2015 nous avons développé un plan pour un acte plus progressif et responsable vis-à-vis l’environnement. Malheureusement, ce plan était présenté au ministre de Développement des Ressources et Énergie, où il a été ignoré.

Enfin, aujourd’hui avec un changement de circonstances politiques, le temps est propice pour faire des améliorations.

L’historique de donner les terres de la couronne à l’industrie forestière

En bref, en 1980 le gouvernement de Hatfield introduisait un nouvel acte des terres et forêts. Celui-ci était solide dans le temps, mais au fil des années, les gouvernements successifs l’ont ajusté de sorte que les terres de la couronne deviennent de plus en plus contrôlées par les industries, résultant en revenus réduits pour les contribuables, opportunités réduites pour les propriétaires de lots boisés pour la vente de leur bois à prix raisonnable, réduction d’option pour les utilisations non industrielles telles production de sirop d’érable et éco-tourisme et une très grande hausse sur des pratiques louches telles que la coupe à blanc avec impact négatif sur les animaux et les oiseaux.

Même à l’absence des cet acte de 1980, il est grand temps pour un nouvel acte qui représente et reflète les changements fondamentaux dans l’attitude du public envers les valeurs des forêts diversifiées.

Une nouvelle politique se réserve la possibilité de transformer les régions rurales du Nouveau-Brunswick à partir d’investissements de la part des propriétaires de lots boisés ré-inclus, avec toute une roue que ceci représente jusqu’à de nouvelles entreprises qui auraient maintenant accès aux forêts. Ceci peut inclure toutes sortes d’intérêts tels produits forestiers spécialisés comme des instruments musicaux et meubles ainsi que des sentiers plein-air, plus d’option pour les activités de chasse et pêche sans oublier les bénéfices d’une forêt saine. Il y a aussi le concept des forêts communautaires qui fonctionnent très bien ailleurs.

Nous sommes conscients que ses changements ne seront pas tous en vigueur prochainement. C’est un projet à long terme, mais les changements positifs peuvent commencer immédiatement.

Nous avons quelque chose à apprendre de nos voisins

Nous n’allons pas réinventer la roue. Regardons au Maine par exemple. J’irai probablement plus en détails dans un autre blog pour faire les comparaisons, mais ce qui est important à retenir c’est qu’ils coupent 3 mètres cubique par acre par année, tandis que le Nouveau-Brunswick en coupe 3.5 à blanc.

Je sais que les mesures en mètres cubique ne signifient pas grand-chose aux lecteurs qui ne sont pas dans l’industrie, mais ce que ça veut dire, c’est que Maine coupe presqu’autant sans déranger l’habitat naturel et c’est moins dispendieux, car ils n’ont pas besoin de faire replanter les terres, elles se régénèrent par elles-mêmes.

Regardons la Nouvelle-Ecosse. Ils considèrent le rapport Lehay, une étude complète de la façon de gérer la forêt de cette province. C’est encore en phase de révision, mais ce qui est recommandé, basé sur la toute dernière science et le besoin concurrentiel pourrait aussi nous servir dans notre direction future.

J’irai plus en détails dans un autre blog aussi, mais ce que je vous dis, c’est qu’il y a plusieurs options pour nous aider à formuler un acte pour finalement bénéficier les néo-brunswickois, pas juste les grandes compagnies forestières.

Finalement, les circonstances fournissent une grande opportunité à la province de pouvoir tous profiter des terres de la couronne comme il en était prévu dès le début.

Merci aux lecteurs. Veuillez s.v.p. partager et discuter avec vos amis et voisins. Comme toujours, vos commentaires sont appréciés.

Rick Doucett
Président de la Fédération des Propriétaires de lots boisés privés