Les forêts bio diversifiées ne sont pas une priorité ici

Nous devons prendre exemple du Maine, la Nouvelle-Ecosse et du Québec.

En attendant la réalisation des promesses du gouvernement Higgs concernant les pratiques forestières de la province, nous devrions considérer le plan de la Nouvelle-Ecosse pour remédier à la situation forestière d’ici.

Il y a plusieurs facteurs qui contribuent aux problèmes existants de l’industrie forestière au Nouveau-Brunswick. Le fait que nos politiques forestières sont désignées pour servir en premier les compagnies forestières

  • au détriment d’une forêt bio diversifiée saine;

  • au détriment des contribuables de la province, car le revenu des terres de la couronne n’est pas réalisé comme il le faudrait;

  • au détriment des propriétaires de lots boisés privés qui peinent à trouver des marchés raisonnables.

La bonne nouvelle est que dans sa campagne électorale, Blaine Higgs a promis de régler ce problème avec le support de 2 autres partis. Il semblerait que pour la première fois depuis l’Acte des Terres de la Couronne et des Forêts datant depuis le début des années ’80, que le temps est propice pour des changements fondamentaux qui nous bénéficieraient tous.

Gagnants et Perdants

Conflits d’intérêts dans la gérance de nos forêts

Le problème pour les gouvernements en ce qui a trait aux terres de la couronne est que les compagnies forestières ne sont pas sur les mêmes longueurs d’ondes que les propriétaires de lots boisés et le public. Les fortes pressions que font les compagnies forestières leur sont favorables dans les politiques. Il y a toujours des gagnants et des perdants. La préservation des forêts versus l’utilisation de celles-ci est une discussion qui cause toujours des conflits mais jamais de résolution. Les gens ne réalisent pas que ça pourrait être différent.

Allez voir la Nouvelle Ecosse où le gouvernement a adopté tout récemment les recommandations du rapport Lahey, une étude détaillée des pratiques forestières de cette province qui est connu comme le modèle Triad.

On s’entend que les problèmes de la Nouvelle-Ecosse ne sont pas les mêmes que les nôtres, mais il y a assez de similarités pour qu’on puisse jeter un coup d’œil à ce rapport.

NS-biodiversité.jpg

Tous nos voisins utilisent le modèle Triad

Triad n’est pas un nouveau modèle; le Maine l’utilise depuis 40 ans sur une superficie de deux cents mille hectares de forêt. C’est aussi un système très utilisé par le Québec et maintenant la Nouvelle-Ecosse. Tous nos voisins ont de meilleures pratiques forestières que nous.

Le modèle Triad démontre que la forêt a du potentiel dans toutes ses formes alors il balance les objectifs environnementaux, sociaux et économiques. A risque de trop simplifier, il obtient ceci en divisant les terres de la couronne en trois sections qui seront traitées de façon différentes.

  1. Forêts protégées – parcs, réserves naturelles, faune et flore. Ces régions procurent un sanctuaire pour les animaux sauvages et une base pour les écosystèmes et la biodiversité.

  2. Forêts réservées à un taux élevé de production forestière – les coupes à blanc où il est écologiquement responsable et des alternatives à la coupe à blanc. Cette concentration d’activités minimisera ou évitera l’impacte de la foresterie sur la grande échelle.

  3. La gérance du reste des terres de la couronne pour des objectifs écologiques et productifs. Ceci serait une foresterie plus raffinée avec une limite de coupe à blanc.

Définissons l’objectif

Le modèle Triad est fondé sur l’identification des objectifs du gouvernement pour les terres de la couronne. Quelles sont les priorités pour ces forêts?

En Nouvelle-Ecosse, le rapport Lahey identifie la biodiversité comme objectif clé de ses terres de la couronne.

Au Nouveau-Brunswick, le gouvernement à passer cette décision aux compagnies forestières. Alors la priorité de nos terres de la couronne est de produire pour les moulins des compagnies forestières qui se traduit pour nous comme une récolte abondante à valeur minime de petits arbres. Les forêts bio diversifiées ne sont pas une priorité ici.

Le modèle Triad n’est peut-être pas la réponse à tous les problèmes de notre industrie forestière, mais peut jouer un rôle très important dans la révision de notre Act des Terre de la Couronne et Forêts pour le futur.

Mais ce n’est qu’une partie de la solution.

Conflits d’intérêts dans la gérance de nos forêts

Un problème fondamental avec notre système existant est que les gens qui gèrent nos forêts sont les mêmes (industries forestières) qui font de l’argent en la coupant. Ceci doit changer afin d’obtenir une politique forestière qui bénéficie tout le monde.

Il faudrait aussi prendre des mesures pour assurer la justice pour les propriétaires de lots privés et un système de redevances pour les contribuables.

Nous sommes tous au courant que la foresterie de notre province est mal faite dans le moment, mais des changements sont promus et nous sommes confiants que notre gouvernement, supporté par l’Alliance du peuple et le parti Vert vont agir en sorte que les gens dont ils représentent en sortiront gagnants. Espérons qu’ils vont y voir bientôt.

Merci de votre écoute.

Rick Doucett

Président, Fédération des Propriétaires des Lot Boisés Privés du Nouveau-Brunswick