Le Nouveau-Brunswick perd une opportunité que l’on ne peut pas se permettre de perdre.

Lorsque l’injustice se présente, les plaintes sont souvent celles de ceux qui en sont directement affectés et les responsables peuvent ignorer ces plaintes. Mais lorsque la puce est mise à l’oreille, d’autres gens s’en mêlent et l’union fait la force; à ce moment les choses changent.

Voici une ressource abondante dans notre province qui devrait être une contribution majeure pour notre économie provinciale, mais au contraire, elle peut nous être couteuse.

C’est là où on en est avec la gérance des gouvernements successifs par rapport aux terres de la couronne. L’abondance de cette ressource devrait contribuer dans l’économie de notre province, mais au lieu, elle nous coûte de l’argent.

Ce point a été relevé par le vérificateur général et Marchés mondiaux CIBC dit qu’en raison de cette mauvaise gérance nous sommes en perte de $100 millions par année. Ce problème provient des changements de l’Acte des Forêts et des Terre de la Couronne après son adoption en 1980. Ces changements ont généralement été faits par McKenna (libéral) et Alward (conservateur) qui combinés, ont donné de plus en plus accès des terres de la couronne aux compagnies forestières à prix réduits. Ceci cause des ennuis aux néo-Brunswickois, car les propriétaires de lots boisés privés sont en compétition désavantageuse lors de la vente de leur bois.

D’après les opinions des gens qui visitent notre blog, incluant 4 anciens Ministres des Ressources Naturelles, des changements sérieux doivent prendre place.

UNE OPINION INFORMEE SUR LE PROBLEME ET LA SOLUTION

Jeannot Volpé, un des anciens Ministres des Ressources Naturelles dit ce qu’il voit comme problème et ce que nous devons en faire durant une entrevue avec Charles Thériault dans son vidéo Notre forêt est-elle vraiment la nôtre? Certains points comme les suivants sont à considérer:

  • Les terres de la couronne appartiennent à tous les néo-Brunswickois et ne devraient pas seulement bénéficier certaines compagnies forestières.
  • Les communautés dépendantes de l’industrie forestière devraient avoir leur mot à dire dans la gérance de celle-ci.
  • Les terres de la couronne devraient être gérées selon leur diversité, et le bois pour la valeur, pas juste pour le volume. La forêt est plus que des arbres; elle devrait être replantée selon sa diversité.
  • Les gens qui gèrent la couronne ne devraient pas être ceux qui rapportent du traitement de bois.

M. Volpé  nous demande de nous poser la question suivante:

  1. Est-ce que les terres de la couronne sont gérées pour le bien de tous les néo-Brunswickois, ou pour le bien de certains néo-Brunswickois? Entre autres:
  2. Est-ce que l’Acte développée plus de 30 ans passé est encore la meilleure option?
  3. Est-ce que les communautés rurales profitent des terres de la couronne de leurs régions?
  4. Combien d’emplois doivent être perdus dans le secteur forestier avant qu’on regarde à d’autres options?
  5. Qu’empêche le gouvernement à discuter avec transparence la façon dont les terres de la couronne sont gérées et les options possibles qui pourraient bénéficier les gens de la province?

Est-ce normal de subventionner des compagnies forestières et perdre des emplois quand d’autres juridictions travaillent et tirent revenu de leurs territoires?

On peut se poser la question pourquoi M. Volpé s’exprime maintenant au lieu de le faire lorsqu’il était ministre? Il dit qu’il a essayé mais en vain. L’industrie forestière est trop forte. Il dit aussi que pour vaincre ce problème, il faut que tous se lèvent et exigent des changements. Nous devons reprendre le contrôle de ce qui nous appartient.

VOLPE SENT QUE LES GENS COMMENCENT A COMPRENDRE CE QUI SE PASSE ET N’AIMENT PAS CELA.

D’après beaucoup de commentaires sur notre blog et en parlant avec les gens du secteur ainsi que les résidents, nous observons qu’ils comprennent que la raison pour laquelle notre économie souffre, est parce que nous n’avons aucun contrôle sur les terres de la couronne.

Comme les élections approchent, nous vous encourageons de demander à vos représentants qu’est-ce qu’ils planifient de faire avec la situation des terres de la couronne. Nous espérons que s’ils savent que les gens n’acceptent plus le status quo, qu’ils adresseront ce problème dans leurs plans d’élection.

Alors parlez! Donnez vos opinions, on mérite mieux.

Merci de votre écoute.

Rick Doucett

Président, Fédération des Propriétaires des Lot Boisés Privés du Nouveau-Brunswick