Time for a new and improved Crown Lands and Forests Act

Time for a new and improved Crown Lands and Forests Act

In 2017 A new act was proposed that reduces timber taken from Crown land, improves sustainability, enhances non-timber uses such as hunting, fishing and hiking, and provides private woodlot owners with an opportunity to provide a fair proportion of wood for market. We need a government that will champion this proposal.

Il est temps pour un nouvel acte amélioré pour les terres de la couronne et les forêts

Il est temps pour un nouvel acte pour les terres de la couronne et les forêts qui saurait répondre aux besoins de tous les néobrunswickois.

Il y a plus de cent ans, depuis la descente des billots sur la rivière, des générations de néobrunswickois vivaient de la forêt.  C’est évident, vue notre richesse forestière.

Même aujourd’hui, 85% des terres de la province sont boisées et représentent le plus gros de l’économie provinciale.   La moitié de celles-ci sont des terres de la couronne. C’est de la responsabilité du gouvernement de les gérer pour le bien de ses citoyens.

On serait portés à croire que vue la demande très grande de bois nous bénéficierions grandement de cette ressource;  ce n’est pas le cas!

Probablement pas

Le vérificateur général ainsi que Don Roberts, le vice-président de World Markets for CIBC, ont révisé la façon dont le gouvernement gère les terrains de la couronne et ont trouvé beaucoup d’erreurs.  En effet, M. Roberts suggère que si une compagnie privée devait gérer ces terres comme le fait le gouvernement depuis plusieurs années, celle-ci ferait faillite. Il estime qu’on devrait réaliser un profit de près de $100 millions par année, alors que le rapport du vérificateur général place celui-ci à près de zéro.

Comment ceci peut-il se faire?  La raison principale est que les compagnies forestières ne payent pas le gouvernement adéquatement pour le coût de la croissance des arbres.

Il y a plusieurs compagnies forestières opérant au Nouveau-Brunswick, le plus gros étant JDI.  Le fait que la gérance des terres de la couronne avantage plus ces compagnies que les citoyens de la province n’est pas de la faute de ces compagnies.  Ces compagnies font seulement ce qu’elles peuvent pour tirer un profit maximum en respectant les lois. Elles ne sont pas à blâmer.

Il est entièrement de la faute du gouvernement successif qui gère depuis des années.  Ceux qui sont élus par les citoyens pour veiller aux intérêts de ceux-ci.

Seulement un gagnant avec l'acte courant

Lorsqu’introduit en 1980, l’Acte des terres de la couronne et forêts était une partie solide et visionnaire de la législature.  Depuis son adoption par les gouvernements successifs, celle-ci a perdu sa valeur au point qu’elle ne dessert plus les citoyens du Nouveau-Brunswick.  Il est grand temps de faire une mise à jour pour régler ce problème. Il y a un plan pour cela.

En 2017, un nouvel acte a été proposé.  Cet acte réduirait le bois de la couronne, améliorerait  la durabilité, relèverait la chasse, la pêche, les randonnées et rendrait possible a chance aux propriétaires de lots boisés privés de faire meilleur marché.  Nous avons besoin d’un gouvernement qui peut réaliser cette proposition.

Une mise à jour était le but du consortium représentant l’environnement, la conservation, pêche et océans, scientistes et propriétaires de lots boisés l’an dernier, en mars, lorsqu’ils ont rencontré le ministre de l’Énergie et Développement des Ressources.  Ils ont promu un nouvel acte qui protège l’écosystème et permet un usage renforcé qui voit à un équilibre entre les objectifs du bois et les autres priorités d’aménagement des pêches et océans jusqu’au travail touristique relié à la forêt.

Ils ont mentionné une réduction du bois de la couronne pour bénéficier les propriétaires de lots boisés privés, ce qui en était dans l’acte original avant le massacre géré par le gouvernement.

À date, il n’y a aucune indication que le gouvernement soit intéressé à prendre des démarches pour le bois de la couronne.  Ceci est une contre-indication pour les gens qu’il prétend servir.

Une étude faite en 2007 a démontré que la majorité (90%) place une grande importance sur nos forêts et ne sont pas d’accord avec la situation présente.  Ces gens veulent voir un changement important dans la façon que le gouvernement gère ou ne gère pas bien no forêts.

Ne serait-ce-t-il pas plaisant d’avoir un gouvernement qui partagerait nos désirs et avouerait que le statu quo ne fonctionne pas pour la majorité des néobrunswickois?  Si le gouvernement préfère que les choses demeurent comme elles sont, comme il semble être le cas, nos taxes vont continuer à absorber les pertes causées par la mauvaise gestion de nos forêts, l’économie de la province, particulièrement l’économie rurale,  aura un impact négatif et le potentiel que représentent les terres de la couronne continuera à la baisse.

Vous pouvez nous aider en reliant cette information et en demandant à vos candidats politiques cet automne d’étudier la proposition de 2017 afin d’insister que celle-ci passe.  Vous pouvez vous abonner à ce blog afin de recevoir les mises à jour et partager avec vos contacts.

Merci beaucoup pour votre écoute.

Rick Doucett

Président, Fédération des Propriétaires de Lots Boisée du Nouveau-Brunswick

Les propriétaire de lots boisés privés : Le groupe plus injustement traiter au Nouveau-Brunswick ?

Les propriétaire de lots boisés privés : Le groupe plus injustement traiter au Nouveau-Brunswick ?

Pendant les années 1960 et 1970, les propriétaires de lots boisés se sont battus avec acharnement pour la mise en place d’offices de commercialisation, puisqu’ils réalisaient que sans ceux-ci, ils n’avaient aucune chance d’obtenir un prix juste pour leur bois, puisque que les grandes compagnies forestières détenaient tout le contrôle.